2 agences à votre service

CV, mots-clés et jobboard

jobboard

jobboardIls sont les outils les plus utilisés par les recruteurs et les actifs en recherche d’emploi et de nouvelles opportunités. « Ils », ce sont les « jobboards » ou portails dédiés à l’emploi et au recrutement, qui, de plus en plus, développent des algorithmes complexes afin de favoriser des mises en relation qualifiées.

Lorsque HelloWork (ex groupe RegionsJob) fut créé, dans les années 2000, il s’agissait surtout d’exploiter l’émergence d’internet pour proposer un outil capable de proposer aux actifs les offres des entreprises de leurs régions. Depuis, comme le confirme Laurent de Bussac, Directeur Technique et Produit chez HelloWork, les jobboards sont devenus des outils techniquement complexes et incontournables.

Une étude réalisée en novembre 2018 par HelloWork montre que 96% des candidats (actifs en poste ou en recherche active d’emploi) et 91% des recruteurs font appel à ces sites d’offres d’emploi. Avec une fréquentation exponentielle sur l’ensemble de ses sites, organisés par communautés (ParisJob, RegionsJob, Cadreo, BDM/job…), HelloWork enregistre 4 millions de visiteurs uniques par mois et est à l’origine de 1300 recrutements chaque jour. « Plus de la moitié des mises en relation viennent des recommandations générées par nos algorithmes. Et ce quels que soient le secteur d’activité et le niveau d’études du candidat : les opérateurs BTP comme les ingénieurs IT sont présents sur les jobboards » indique Laurent de Bussac.

Favoriser les mises en relation qualifiées

La valeur ajoutée de ces plateformes réside dans leur capacité à faire coïncider un profil avec une offre. « Pour cela, nos outils analysent l’ensemble des signaux envoyés par le candidat, à commencer par son CV bien sûr. Mais nous puisons aussi dans ce qu’il ne dit pas, dans sa navigation afin d’améliorer son expérience et le matching, comme par exemple les autres offres qu’il consulte sur nos sites ou les réponses qu’il fournit aux questions qu’on lui pose ».

Pour y parvenir, les data scientist de HelloWork ont mis au point des algorithmes capables de croiser les données, les statistiques et d’analyser les termes employés dans les CV. D’où l’importance de bien rédiger sa présentation.

CV : attention aux mots-clés

Alors, comment plaire aux algorithmes pour augmenter ses chances d’être repéré ? « C’est un mauvais calcul » estime Laurent de Bussac. « C’est au système d’informations de s’adapter, pas au candidat. Celui-ci doit surtout rester lui-même et honnête dans sa présentation. Chaque parcours est unique, il ne faut rien masquer. En revanche, nous recommandons d’effectuer des recherches sémantiques en amont sur les offres d’emploi qui attirent le candidat. Il verra alors le vocabulaire employé par les recruteurs. S’il est intéressé par un poste de « chef de projet » alors que les entreprises parlent de « chef de produit », ça vaut le coup d’adopter ce dernier terme ou de mettre les deux mots-clés afin d’être retenu par sa cible ».

Une ligne = 1 idée

Autre conseil : bien soigner l’intitulé du poste recherché, le mettre en évidence et éviter le CV trop dense. En évitant d’insérer dans le CV des tableaux ou des formats image, illisibles par les algorithmes. Quant aux anglicismes, là aussi analyser les usages de la profession. S’ils sont très courants, ne pas hésiter à les reprendre. Sinon s’abstenir.

L’étude menée par HelloWork montre qu’un recruteur consacre environ 30 secondes à lire un CV. Mieux vaut donc en mettre moins et privilégier la clarté, « ce que je peux apporter à une structure et ce que j’ai réalisé » résume Laurent de Bussac. Une idée forte par ligne, c’est encore le plus efficace…

Et pour compléter, l’avis de Sarah Fournier, fondatrice de ProActif : “Nous nous appuyons sur HelloWork depuis plus de 3 ans pour nos recrutements. Nous construisons avec eux un partenariat dans la durée, tout en restant en veille sur les innovations qu’ils peuvent proposer. Toutefois, l’humain reste incontournable et essentiel dans le processus de recrutement. Avec HelloWork nous gagnons du temps pour nous consacrer principalement à notre cœur de métier, qui est l’étude du savoir être et l’écoute des projets professionnels de chacun.”

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *