2 agences à votre service

Des salariés en bonne santé, un atout pour l’entreprise

bonne santé salarié


bonne santé salariéDes patrons aux petits soins de leurs collaborateurs ? Cours de yoga, massages, activités sportives au sein de l’établissement ou encore séances de sophrologie… Nombreux sont les employeurs qui mettent en place des activités favorables à la bonne santé des salariés.

Face aux maux bien connus de notre époque : charge mentale, burn-out, surmenage, certaines entreprises ont décidé de passer à l’action, sachant qu’il vaut mieux prévenir que guérir… ou réagir à temps lorsque les signaux d’alerte se multiplient : absentéisme ou perte de motivation. Dans un entretien à la presse, Loïc Lerouge, spécialisé en santé mentale au travail, déclare : « On parle de souffrance au travail lorsqu’il n’y a plus d’approche positive à l’égard du travail, une perte des sens et de valeurs. En clair, le travail n’est plus vecteur de bonne santé » ! Et il ajoute plus loin : « Tout le monde a intérêt à protéger la santé au travail car c’est un levier de performance non négligeable. »

Santé et performance sont liées

Si les bienfaits du sport sur la santé en général ne sont plus à démontrer, les études montrent que l’entreprise a tout à gagner en incitant ses employés à pratiquer une activité physique et sportive (APS). Les pays anglo-saxons et nordiques étant plus en avance que nous dans ce domaine, une étude réalisée au Canada indique qu’un salarié pratiquant 30 minutes d’activité physique par jour présente un gain de productivité, à hauteur de 12%.

Si ½ heure de sport quotidien en entreprise peut sembler beaucoup, il est toutefois indéniable qu’une pratique régulière améliore la qualité du sommeil, diminue le stress, la fatigue, voire les risques de TMS ou d’accidents du travail. Il s’agit donc d’action préventive qui ne doit pas être envisagée comme un coût mais comme un investissement. Déjà, dès le 1er siècle après J.C., Juvénal faisait la corrélation entre santé mentale et santé physique. Il disait : Mens sana in corpore sano (un esprit sain dans un corps sain). 2 siècles plus tard, Richard Branson, le célèbre fondateur de Virgin, ne dit pas autre chose lorsqu’il déclare : « Take care of your employees and they will take care of your business ».  Soit, prenez soin de vos employés et ils prendront soin de votre business ».

100% des chefs d’entreprise convaincus

Une enquête, réalisée par Generali et OpinionWay, le confirme. Parmi les dirigeants qui proposent des APS à leurs salariés, plus de 8 sur 10 estiment que cela améliore l’état de santé et le bien-être de leurs collaborateurs (89%). Ils notent également que ces activités facilitent l’intégration dans l’entreprise (87%), renforcent l’esprit d’équipe (85%) et contribuent à une meilleure gestion du stress (80%). Au final, ils sont 100% à recommander aux autres entreprises de s’y mettre !

Quant aux salariés bénéficiant de ces programmes, 94% d’entre eux sont satisfaits. En fait, il faut dire que le temps de travail, et les trajets, sont souvent un frein pour pratiquer. Lorsque le sport, ou des ateliers de bien-être, sont « amenés » dans les locaux de l’entreprise, cela facilite grandement la vie du salarié. Dans ce domaine, le sondage de Generali montre une marge de progression importante. Surtout dans les PME : sans surprise, les activités physiques et sportives sont davantage proposées par les grandes entreprises (40%) contre à peine 15% dans les PME.

Favoriser la cohésion, améliorer la qualité de vie au travail

Dans ce but, chacun développe ses solutions : proposer une séance de yoga ou de sophrologie tous les 15 jours à l’heure de la pause déjeuner aux salariés, en aménageant une salle de réunion par exemple. Si l’entreprise est équipée de vestiaires/douches, pourquoi ne pas organiser une séance de gym douce après le travail ? Engagée dans la promotion du Sport Santé, la Fédération française de gymnastique volontaire (FFEPGV) développe des partenariats en faveur du sport au travail. Soit « on monte directement des cours dans les entreprises car elles disposent d’installations sur place ou à proximité, détaille Nicolas Müller, directeur technique national de la Fédération, soit on oriente les salariés vers nos clubs EPGV existants ». Le Comité d’entreprise peut alors négocier des tarifs préférentiels et/ou prendre en charge une partie de la licence.

De son côté, la Fédération française du sport en entreprise (FFSE) regroupe plus de 2000 entreprises des administrations publiques et des PME. Elle propose une seule licence donnant accès à plus de 40 disciplines. Selon la FFSE, le sport en entreprise contribue à :

  • Renforcer le sentiment d’appartenance à l’organisation et favoriser l’enthousiasme au travail.
  • Prévenir les pathologies physiques et morales et les risques psychosociaux.
  • S’engager dans une politique sociale et incarner la diversité.
  • Décloisonner et dynamiser les services et favoriser la cohésion d’équipe
  • Améliorer la qualité de vie au travail et le bien-être.

Sur ce dernier point, les témoignages concordent. Gilles Taraquois est sophrologue consultant à Lyon et il intervient auprès de salariés. Dans une interview, il reconnait « que la sophrologie permet de retrouver une forme d’équilibre au niveau physique, émotionnel et mental de nature à améliorer le quotidien du salarié dans son travail comme dans sa vie personnelle. Elle aide à créer un espace apaisé et propice à l’épanouissement individuel de tous les collaborateurs et à la réussite du projet global de l’entreprise. »

Autre expérience vécue, celle des salariés de la société HISCOX, qui a sollicité Patricia Priat, professeure de yoga : « Je suis intervenue dans le cadre d’un séminaire dont le thème était la gestion du rythme. En tant que professeur de yoga, tout naturellement, j’ai proposé 3 espaces sur une après- midi, au bord du lac d’Espiet, rythmés par des mouvements mettant le corps en tension puis amenant le corps à se détendre. L’objectif était de permettre aux 46 participants de goûter à cette différence parfois oubliée lors de la vie professionnelle ou personnelle d’un corps et d’un mental tendus ou détendus. » Nathalie Detrez Directrice des Opérations chez Hiscox France, revient sur cette expérience unique : « Une expérience incroyable vécue par nos collaborateurs lors de notre team building du mois de septembre. Un moment hors du temps visant à faire réfléchir sur la gestion des rythmes, la respiration, les postures. Un moment pour soi et aussi avec les autres. »

En savoir plus

Aspects juridiques de la pratique du sport en entreprise par le Comité National Olympique et Sportif Français

Etude « Vitalité, Sport & Entreprise » publiée par Generali et OpinionWay.

Fédération française du sport en entreprise : http://www.ffse.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *