2 agences à votre service

Faire son CV, les bons réflexes

Première porte d’entrée lors d’un recrutement, le curriculum vitae doit être soigné, facile à comprendre et structuré. Les conseils de Laurence Grenet, responsable de l’agence ProActif de Mérignac (33).

 10 secondes pour retenir l’attention…

Qu’il s’agisse d’une candidature spontanée ou d’une réponse à une offre de poste, les recruteurs voient passer de très nombreux CV. « Nous procédons d’abord à une lecture rapide, voire très rapide, reconnait Laurence. En 10 secondes, nous devons comprendre ce que cherche le candidat et trouver les informations clés. La qualité principale d’un bon CV sera donc la clarté et la lisibilité. »

Premier élément d’accroche : le titre. Il doit expliquer quel est le poste pour lequel postule le candidat. Autrement dit mieux vaut actualiser son CV et revoir le titre en fonction de l’annonce ou de l’emploi recherché. « Une offre = 1 CV = 1 page = 1-1-1 » conseille Laurence.

Sous le titre viendront ensuite les informations indispensables :

Les compétences techniques dites “hard skills”. Durant une carrière professionnelle nous acquérons des compétences qui peuvent être parallèlement transférables sur d’autres postes ou métiers : commercial (accueils clients, négociations fournisseurs), managérial (management de 10 personnes, entretiens professionnels, suivi de budget…), gestion de projet, etc.

Cela permet aussi au recruteur de se dire que le candidat a intellectuellement acquis une méthode de travail, qu’il reste à adapter au secteur d’activité ou savoir-faire d’entreprise spécifique.

Les compétences comportementales, dites “soft skills” sont aujourd’hui aussi importantes que le savoir-faire, si ce n’est plus : empathie, gestion du temps, des priorités, gestion du stress, curiosité…

Les expériences, de la plus récente à la plus ancienne, en pouvant parfois en expliquer succinctement certaines (l’entretien téléphonique permettra de le faire de façon plus détaillée) : resituer le contexte de l’entreprise, expliquer la mission avec les objectifs, les réalisations, etc. en privilégiant les dates plutôt que des durées, mal lues par les moteurs de recherche des sites de recrutement.

Les formations,

Les détails pratiques : permis de conduire, langues, logiciels maitrisés, centres d’intérêt. « Lorsqu’il s’agit d’un jeune sans expérience professionnelle, il doit détailler les jobs d’été, les stages effectués et préciser s’il est investi dans des associations ou s’il fait du sport par exemple. La pratique d’un sport collectif depuis plusieurs années prouve que la personne sait fonctionner dans un groupe et qu’il est persévérant. Aujourd’hui de plus en plus d’employeurs cherchent davantage une personnalité qu’un savoir-faire. Ces informations nous aident à cerner la personnalité du candidat. »

– Les liens vers les profils professionnels sur les réseaux sociaux : Viadeo, LinkedIn, twitter, Instagram, page Facebook. Si le candidat a créé un site ou tient un blog, qu’il le précise en mettant les liens, c’est toujours intéressant.

– Enfin, ne pas oublier de préciser son adresse mail, en étant attentif à mettre une adresse « sérieuse ». Dans un contexte professionnel, un recruteur aura du mal à écrire à « monpetitbichon@gmail.com » … !

– Dernier point, optionnel : la photo. Mais là aussi, évitez les photos de plage et si vous en mettez, choisissez-une valorisante et compatible avec le poste recherché.

Les trous, les fautes… à éviter

Chacun peut avoir des périodes sans activité mais il vaut mieux l’afficher. Laurence : « Je préfère qu’un candidat mette : réflexion sur mon projet professionnel, congés parental ou voyage autour du monde que rien. Un trou dans le CV est toujours suspect. Moi j’ai besoin de comprendre qui est en face. De telles indications peuvent être positives et permettront d’engager la discussion. » Autre point de vigilance : les fautes d’orthographe. Rédhibitoires, vous ne franchirez pas certains barrages. Pour cela, le mieux est de faire relire son CV par une tierce personne. Un regard extérieur est toujours utile, non seulement pour corriger les éventuelles erreurs, mais pour bien mesurer la clarté du message que l’on veut faire passer.

Être honnête

Bien sûr, il peut être tentant de « gonfler » un peu ses références ou ses compétences. Attention, les recruteurs effectuent des contrôles aléatoires en appelant certains employeurs précédents et la supercherie est vite découverte… ce qui se retourne fatalement contre le candidat. « Ces contrôles font l’objet d’une demande d’approbation préalable auprès du candidat » explique Laurence. « S’il refuse cette approbation, c’est déjà un mauvais signal envoyé. A-t-il quelque chose à se reprocher ? »

Penser aux moteurs de recherche

Sur les plateformes spécialisées et CVthèques, les recruteurs recherchent les profils en tapant des mots-clés. Le candidat doit bien y penser avant de mettre son CV en ligne car en le postant, il va devoir saisir des mots-clés. Et par ailleurs, le robot de la plateforme va balayer le CV en recherchant également des mots-clés : pour un meilleur résultat, ceux-ci doivent être positionnés plutôt dans le premier tiers du CV et non à la fin. Et autre détail technique qui a toute son importance : le robot lira mieux un fichier sous format Word qu’en pdf qu’il considère comme étant une image. Pour la même raison, il vaut mieux bannir également les logos des entreprises sous forme d’images, et indiquer le nom de la structure en toutes lettres.

Vous avez un doute ? L’importance de ces moteurs de recherche est telle qu’un outil a été mis au point, pour vérifier la lisibilité de son CV auprès de ces robots et le cas échéant, corriger les problèmes de lecture : test à effectuer sur le site www.cvreader.fr.

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *