2 agences à votre service

Intégration d’un collaborateur : ProActif montre l’exemple !

Ronan ProActif

Ronan ProActifL’arrivée d’un nouveau salarié dans une entreprise est toujours un moment particulier, où chacun doit mettre toutes les chances de son côté pour la réussir. Ronan Bidault, embauché chez ProActif depuis avril, a pu tester en direct les méthodes d’intégration prônée par l’agence auprès de ses clients… et appliquées en interne.

Quelle mission assurez-vous chez ProActif ?

Ronan Bidault : Le développement commercial des deux activités de l’agence, l’intérim et le recrutement.

Est-ce nouveau pour vous ?

R.B. Totalement ! Dans tout mon parcours commercial, j’ai plutôt vendu des produits -téléphonie, objets publicitaires, produits pharmaceutiques- et là, ce sont des services qu’il faut promouvoir. L’approche change complètement car il y a d’abord une phase de compréhension des problématiques du client puis une proposition de réponse sur-mesure. Aucun cas n’est semblable, ce qui rend la découverte très intéressante. J’apprécie beaucoup ces relations B to B avec de vrais échanges à créer sur du moyen ou long terme.

Entre vos premières missions commerciales et maintenant, vous avez passé plusieurs années en Afrique, en travaillant sur des missions RH pour des ONG. Depuis votre retour, constatez-vous des évolutions ?

R.B. Les techniques de négociation restent les mêmes mais les outils ont évolué, comme les réseaux sociaux par exemple. Je suis donc présent sur Linkedin, pour mener une veille pertinente sur l’activité girondine et élargir mes contacts. L’important est également de rendre ces prises de contact réelles en participant à des événements conviviaux organisés par les réseaux d’entreprises de Bordeaux. L’important est d’être soi-même et naturel dans la mise en place de ces relations.

Parlons intégration : comment s’est passée la vôtre au sein de ProActif ?

R.B. Elle commence dès les premières discussions. Les études comportementales utilisées en recrutement par ProActif permettent de clarifier de nombreux points et que chacun sache à quoi s’en tenir. En clair, je savais en arrivant où j’allais « mettre les pieds » ! C’est vraiment une aide à la décision de part et d’autre, qui balaie tous les aspects du poste et lève les doutes. Cela instaure un climat de confiance dès le départ. Je sais que ma personnalité et mes attentes seront prises en compte. Mes motivations et mon fonctionnement sont connus en amont, ce qui facilite énormément l’intégration.

Ensuite, j’ai bénéficié d’une semaine d’immersion avec mes collègues, afin de découvrir tous les aspects des métiers intérim et recrutement. J’ai travaillé sur les outils utilisés ici, le cadre légal, des exemples de mission, je suis allé en rendez-vous avec Sarah Fournier. Et après cette première semaine, j’ai pu continuer à poser des questions et échanger avec les uns et les autres. Je ne me sens pas seul, je peux solliciter de l’aide à tout moment.

Des succès déjà ?

R.B. Oui. Nous avons ouvert de nouveaux comptes en intérim et noué des contacts prometteurs pour du recrutement. Ayant assuré longtemps des missions RH, c’est un domaine où je me sens très à l’aise !

Un mot de conclusion ?

R.B.  Je laisse ce soin à Sarah Fournier, fondatrice de ProActif Recrutement, bien mieux placée que moi pour parler de l’accueil des nouvelles recrues ! Sarah Fournier : « L’intégration est une part importante du recrutement. Trop souvent nous passons à côté et n’investissons pas de temps. Le salarié doit comprendre qu’il est le bienvenu et doit se sentir accueilli face à une entreprise, une équipe, y compris auprès des clients et des fournisseurs.

Pour cela, nous devons prendre le temps de lui expliquer la vision de l’entreprise mais aussi son fonctionnement, dès sa première heure d’intégration. Avoir un tuteur désigné, voire même plusieurs en fonction des missions à réaliser, facilite cette compréhension. Cela lui permet à tout moment de questionner et de revenir sur des sujets qu’il n’aurait pas compris. Et chaque semaine, il est important de faire le point avec le manager et “l’intégré” afin de mesurer les écarts entre la communication qui est dite et celle qui est comprise. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *